Le temps file à toute allure, ou plutôt chaque heure et chaque minute est pleinement utilisée depuis que j'ai repris le travail tout début avril. Mon congé maternité a pris fin et j'ai passé la main à mon cher et tendre, qui profite depuis de tout ce nouveau temps libre pour voir pousser ses enfants. A moi les matins pressés, les horaires décalés, les trajets en bus, les travaux du tram dans cette ville défigurée, les nouveaux dossiers, les suivis de dossiers, la suractivité, la fatigue, le mauvais temps, la grève des bus... Mais, le soir, après le boulot, le plaisir de ne pas avoir à courir à droite à gauche pour aller chercher les enfants puisqu'il sont déjà à la maison ! La maison, justement, n'est pas souvent rangée, et  le salon ressemble plus à une salle de jeux. Une fois la grande puce s'est même habillée avec un déguisement ("C'est elle qui a choisi ses vêtements aujourd'hui !" m'a dit mon chéri mercredi dernier). Monsieur prend encore ses marques, il avait fait sa petite liste de bonnes résolutions quand il travaillait encore, du genre : "quand je serai à la maison, je repeindrai notre chambre. Quand je serai à la maison, je cuisinerai tous les jours et on fera des économies"... Il a tenu la plupart de ses engagements, non pas qu'il s'agissait de promesses, mais parce qu'il avait envie de changement. Il est encore en "rodage", il a l'impression d'être en congés et ne réalise pas que son "congé" ne prendra fin qu'en octobre 2014. Et comme maintenant notre poussin fait bien ses nuits, et que nous aussi, on est moins fatigués. Du coup, on en profite pour aller dans la famille (en Corrèze ,en Bretagne, en Bourgogne, en région parisienne...) En 3 semaines, on a fait une trentaine d'heures de voiture (et je ne compte que les déplacements dans la famille puisque la semaine nous n'avons plus besoin de la voiture !). Coup de chance, les enfants sont très sages pendant ce temps-là, ils supportent bien les temps de trajets, la grande s'occupe gentiment et le petit dort presque tout le temps.

Vous l'aurez devenez, avec tout ça, je n'ai pas repris la couture, mais...ça recommence à me titiller. Je pense m'y (re)mettre bientôt. J'espère !